Voir le profil

Ce n'est pas terminé avant que ça ne le soit vraiment...

Revue
 
 

Une idée à la fois...

2 février · Numéro #4 · Consulter en ligne
🦄 Toujours une idée en chantier... 🚀 J'aide des marques et lance des conversations 🥑 Slacktiviste #GoodFood, je vends aussi du lait 🐮 🇺🇸 depuis Palm Beach, en Floride 🤷🏻‍♂️

Une petite leçon de vie que je me suis vu infliger il y a quelques jours, et que j'ai décidé de partager avec vous malgré le fait qu'elle soit assez gênante.

J'avais besoin d'un site web...
et je me suis dit que, comme c'était un samedi et que je ne voulais pas trop embêter qui que ce soit chez Digidust, c'était une bonne idée de m'y coller moi-même.
Ceux qui me connaissent depuis longtemps savent que j'ai eu un blog pendant des années. Il tournait sous Wordpress et est resté pendant des années relativement populaire chez les entrepreneurs francophones.
Mais je n'avais plus vraiment touché à Wordpress depuis 2015, si ce n'est pour valider des sites de l'équipe ou des trucs de ce genre. Honnêtement, j'ai été assez bluffé par l'évolution de la plateforme sans pour autant être perdu.
N'importe qui peut faire un site aujourd'hui.
Il existe des tonnes de plug-ins vraiment simples et performants. Les templates disponibles sont légions et couvrent, globalement, tout et n'importe quoi.
Elementor est un éditeur no-code super simple d'utilisation et pourtant assez puissant, si on prend le temps de se pencher dessus.
Difficile de trouver une excuse pour ne pas créer quelque chose.
Donc Samedi, vers 10h du matin, j'ai pris mon courage à deux mains et j'ai décidé que j'avais la journée pour plier ce site, pas davantage.
J'ai pris un hébergement vraiment top, gratuit et ultra-rapide chez Flash Drive.
J'ai installé Wordpress, puis choisi un Template proche de ce que je voulais, avant de poser ce template re-bricolé (avec l'aide d'un ami quand même, pour passer de 4 pages à un one-page site tout en gardant certaines parties) sur l'instance.
J'ai installé Elementor et j'ai commencé à travailler sur le contenu.
Un hacker, ça a un hoodie et des écrans avec des trucs verts dessus.
Un hacker, ça a un hoodie et des écrans avec des trucs verts dessus.
Honnêtement, l'inspiration est venue immédiatement et j'ai vraiment déroulé. Contenu en anglais, logo, images, vidéos… Je savais exactement ce que je voulais dire et ça s'intégrait comme j'écris ces lignes.
Il n'était pas encore 17h que le site allait être plié “like a boss”.
Et là, c'est le drame !
Je termine les dernières retouches, un lien par-ci, une typo par-là. Je mets le DNS chez Cloudflare, pointe le root et le www vers mon Wordpress avant d'activer le SSL.
Il ne reste plus que la toute dernière étape, qui ne prend que 20 secondes : changer l'URL dans Wordpress pour mettre le nom de domaine du site que je viens de faire pointer.
Des amis m'attendent à coté avec Stéphanie pour boire un verre, on est Samedi soir et je suis presque déjà debout pour les rejoindre… quand je fais une faute de frappe sur le nom de domaine avant de valider.
Je sais, c'est juste une lettre - un A au lieu d'un O - sur le domaine, mais tout part en vrille instantanément ! 🤦🏻‍♂️
Le site se retrouve donc accessible via un domaine qui n'existe pas, donc pas accessible.
Le lien original de l'instance Wordpress a déjà une redirection vers le domaine et je me suis fait sortir de la session par le changement de domaine, ce qui est normal.
Je contacte l'hébergeur, qui est un ami et un tech vraiment très bon.
On s'y met tous les deux et, après 1h30 de bricolages divers et variés (tant que la propagation du domaine n'est pas complète, tu ne sais pas si tu travailles sur la bonne version ou pas, ou si tu ne répares pas des problèmes qui n'existent pas), il finit par remettre l'ensemble sur pied.
Une simple faute de frappe alors que tout s'était passé jusque là comme dans un rêve, et c'est ton apéro du Samedi soir qui trinque.
Qu'aurait fait Gordon Ramsay dans cette situation ?
Qu'aurait fait Gordon Ramsay dans cette situation ?
Au final, j'ai quand même réussi à faire ce site web en partant de 0, en moins de 10h.
Ce n'est pas forcément une performance incroyable dans le sens où une bonne partie du mérite en revient au designer qui a fait le template, mais j'avais quand même un petit sentiment d'accomplissement comparable à la 1ère fois où j'ai obtenu un financement par un banquier (un prêt de 50,000 francs arraché à deux gars du Crédit Agricole de Tours, qui je pense, avaient fini par avoir pitié de l'étudiant que j'étais, et de mon costume-cravate à deux balles).
J'aurais aimée vous le montrer mais pour des questions de confidentialité, je n'en ai pas le droit. Croyez-moi sur parole, il est simple mais plutôt sympa.
Un peu de sagesse de comptoir...
Ce que je retire de cette histoire, somme toute pas très grave, est que tu n'as pas gagné tant que le match n'est pas terminé. Un petit moment d'inattention, et tout peut basculer dans du grand n'importe quoi.
Sans l'aide d'Alex, je serais encore en train de chercher comment remettre ce site en place à cette heure-ci.
Evidemment, j'aurais pu laisser quelqu'un bien plus qualifié que moi mettre en place ce site, mais je suis convaincu que tu dois faire pour apprendre.
Cette logique me pousse à essayer d'apprendre quelque chose de nouveau tous les jours, et à aimer “mettre les mains dedans”. Je pense sincèrement que sortir de sa zone de confort est un exercice utile pour tous les entrepreneurs.
Dans notre voyage, la seule chose qui soit permanente est l'impermanence, cette certitude qu'un évènement inattendu t'attend au détour d'un email, d'une rencontre, d'une nouvelle loi ou des mouvements du marché.
Je vous laisse méditer sur ces quelques lignes de sagesse, si vous avez eu le courage de me lire jusqu'ici. Merci pour votre temps. 🙏🏻💙
Et pour ce qui est du reste, retrouvez les futures aventures de Jean-Michel Presquedesigner en exclusivité sur le hashtag #VisMaVieQuandJeMeRate 😅
PS : Le lien que j'ai mis vers Flash Drive, l'hébergeur du site, a un code pour voir si je lui envoie du traffic via cette publication. Ça n'a aucun impact sur vous et ne change rien, c'est juste pour être transparent avec vous, les amis 😘
Avez-vous aimé ce numéro ?
Si vous ne voulez plus recevoir les prochaines mises à jour, vous pouvez vous désabonner ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Propulsé par Revue
1101 Brickell Avenue - S800 Miami, FL 33131 - USA